À Talca, un bon repas… À Santiago, un concierto…

Jeudi 26 mars 2009, Talca, Chili : je suis venu passer une nuit et un jour chez Jorge, rencontré au meeting couchsurfing de Villarica. J’aurai dû arriver lundi, mais mon problème de passeport m’a pris trois jours… Aujourd’hui, avant que j’aille prendre mon bus pour Santiago, nous sommes allé jouer au baby-foot, puis aller manger à la Vija Cochina (la vielle sale). J’ai pris un pollo con mariscal (= poulet avec mariscal). Le mariscal, ce sont des moules, des palourdes, plus des saucisses dans le jus des fruits de mer. Un régal. Pour revenir, nous avons pris un colectivo (un taxi qui fait un itinéraire déterminé, un peu comme les bus) qui m’a déposé à 14h56 au terminal de bus.
15h : je suis dans le bus pour Santiago, bus de luxe que j’ai finalement payé moins cher que le prix des autres car il est presque vide. Et dans quelques heures, je serai au concert de Radiohead.

.

18h, Santiago : je viens d’arriver dans la capitale. Son bruit, sa vie, son trafic, sa chaleur, ses odeurs… ah que c’est bon de revenir. Peut-être ne dirais-je plus cela dans deux jours ! J’ai rendez-vous à 18h30 à trois stations de métro. J’y vais en marchant.
19h10 : 40 minutes que j’attends, Attaly n’est toujours pas arrivée. Nous devons aller déposer mes affaires chez son frère Sébastien, puis partir pour le concert.
20h30 : nous arrivons devant le stade où se donnera le show. Les premières parties ont fini. La soeur d’Attaly qui a mon entrée n’est pas encore arrivée.
21h15 : j’ai raté les trois premières chansons, j’entre dans la fosse. Par chance, je suis très proche de la scène. C’est parti pour deux heures de folie. Je n’ai pas mon appareil photo, on m’avait dit que ce ne serait pas possible… Dommage, tout le monde a le sien.
23h30 : nous sommes sortis et nous attendons dans la rue Sébastien, qui devait nous ramener en voiture et qui ne répond pas au téléphone. N’aurait-il plus de batterie ? Allons voir où est la voiture.
23h40 : pas de voiture, il est parti. Après avoir attendu un peu, nous décidons d’aller prendre un bus en direction du centre. Il est minuit passé, nous allons devoir patienter. Sébastien nous appellera pour confirmer le problème de batterie, et qu’il ne reviendra pas nous chercher. Nous partons boire un coup.

.

.

.

.

Quelques photos : plein écran

.

.

.

.

Cet article vous a plu ? Soyez informé par mail des prochains…

.

.

.

3 commentaires Ajoutez les votres
  1. Coucou Jérémie,
    Je ne suis pas sûr que tu lises ce message tout de suite car je crois que tu as déjà quitté Lima, peut-être pour l’Amazonie… donc difficile de t’y retrouver dans les divers messages que tu recevras
    .
    Mais tu verras, lire des histoires en désordre on s’y fait très bien..

    Il faut simplement être attentif et comprendre comment il se fait que de Lima tu sois retourné à Santiago pour un concert, on se demande, on hésite, on se dit qu’on a raté quelque chose quand soudain Caramba !!! on voit que c’est une histoire du 26 mars..

    Donc on s’y perd un peu, moi en tout cas… mais j’imagine que cela doit être très difficile sans l’accès régulier à Internet de tenir ton « journal » à jour…. donc continue et essaye si possible de revenir rapidement à des news d’aujourd’hui.

    En effet, on a hâte de savoir comment c’est le Pérou, précisément parce que « c’est-pas-le-pérou » comme on disait chez moi quand j’étais môme (à propos de quelqu’un de fauché ou de quelque chose d’un peu miteux).

    Bises, bonne continuation et attention aux piranhas et autres alligators quand tu sera sur l’Amazone…

    Patrice

  2. Et oui, comme dit dans un article précédent, j’ai un mois de retard, enfin, maintenant, un mois et demi. Mais je devrais revenir à trois semaines de retard très prochainement…

    Je ne peux pas être à moins de deux semaine d’écart. Pourquoi ? Je vis les choses et les écris dans mon carnet de voyage. Le plus souvent dans les bus, ou lorsque j’attends les gens, car je ne me suis toujours pas habitué au gens qui fixent un rdv et arrivent une heure après, monnaie courante par ici…

    Ensuite, je le recopie sur mon ordi, l’envoie à relire en France et pendant le même temps travaille les photos. Car oui, ici il n’y a que neuf photos, mais pour d’autres lieux, j’en ai 300… et ça prend plein de temps.

    Puis je publie, mais pour cela, il faut internet, car mettre l’article en page, uploader les photos… ça me prend entre une et deux heures à chaque fois. Et comme j’en profite pour voir mes mails aussi…

    Là, les cinq derniers jours, il y avait internet où j’étais hébergé. J’en ai profité… Mais je pars demain pour la selva (amazonie péruvienne) à Rioja, et je ne sais pas si j’aurai internet chez Raul, celui qui me reçoit.

    Mais pas de panique, il y aura un cybercafé, car on en trouve partout.

    Enfin, plus je vie des trucs intéressants, plus je dois écrire, mais moins j’ai de temps pour le faire, alors… c’est compliqué, et je prends du retard…

    Mais pour avoir des petites infos… il y a mon facebook, où mon profil dit parfois où je suis…

    Bises à tous depuis trujillo (9h au nord de Lima).

    Jérémie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *